Base de données des projets
Thématiques(s) : ,

Auffargis : gestion écologique de la Ferme de la Petite Hogue

Contexte

Ferme de la Petite HogueAuffargis, village du Parc Naturel Régional de Chevreuse, est une commune essentiellement rurale constituée majoritairement de terrains agricoles. Éric Sanceau, ancien cavalier de niveau international, a compris le potentiel de ces terres de plus d’une centaine d’hectares pour le développement d’un élevage de chevaux et, depuis 1990, son exploitation s’est progressivement transformée d’un espace agricole classique en un espace exemplaire sous l’angle de la gestion écologique des milieux.

Sensibilisé à l’écologie pour son propre bien-être mais aussi soucieux de fournir les meilleures conditions d’élevage à ses propres chevaux comme ceux qui lui ont été confiés, M. Sanceau a en effet mené une action en ce sens depuis le début de l’exploitation en 1990.

Présentation de la démarche

Une gestion écologique de l’eau

La première action menée a été de drainer l’eau, abondante ici comme sur l’ensemble des Yvelines. Auparavant, l’eau avait tendance à stagner sous forme de mares qui se répartissaient sur les 100 ha de l’exploitation. Drainée par des fossés pour l’agriculture, elle fait l’objet d’une gestion plus poussée depuis 1990 grâce à la création de nombreuses mares réparties sur toute l’exploitation qui récupèrent l’eau de ruissellement évacuée au final, via les fossés, dans l’étang de la Tour. Ces mares, outre leurs fonctions pratiques, sont autant d’espaces écologiques recherchés qui ont vite été colonisés par une macro-faune invertébrée typique. Elles servent en outre de point d’alimentation et d’abreuvement pour de nombreuses espèces d’oiseaux.

Une attention particulière à la biodiversité

Parallèlement, tous les champs ont été clos par des haies (plusieurs kilomètres en tout) qui constituent, là encore, autant d’éléments structurants du paysage et indispensables à la petite faune. L’objectif de biodiversité est atteint en premier lieu par leur composition même, qui est constitué à 80 % de charme, d’érable champêtre et de Prunus spinosa, autant d’espèces locales qui trouvent ainsi un espace pour s’épanouir. On peut également trouver du genêt ou de l’aubépine. Ces zones servent de refuge à une faune variée de reptiles, insectes, mammifères (lièvres, par exemple) ou d’oiseaux comme le Bruant jaune et la Fauvette babillarde , espèces en régression en île-de-France). Les haies font également l’objet de coupes différées (en octobre) de manière à préserver les nichées les plus tardives.

Ruches, Ferme de la Petite Hogue

Ruches de l’association “abeille noire”

La biodiversité ne se limite pas à ces zones. Trois bois préexistants ont été conservés qui constituent autant d’espaces naturels préservés servant de niches écologiques. Le gros gibier qui y vit n’est pas chassé et devrait pouvoir, à terme, investir d’autres parcelles actuellement en régénération (avec l’aide technique du Parc Naturel de la Haute Vallée de Chevreuse) disséminées sur l’ensemble de l’exploitation. Plusieurs espèces anciennes d’arbres fruitiers ont également été réintroduites. Les hirondelles ont trouvé un refuge idéal pour leurs nids dans les écuries. Souvent chassées pour leurs nuisances, elles sont ici acceptées malgré le surcroît de travail qu’elles occasionnent (déjections). Enfin, la ferme sert de refuge à près d’une centaine de ruches exploitées avec l’aide de l’association « l’abeille noire ». Cette espèce en forte régression régionale (et nationale) trouve là un terrain idéal pour s’épanouir et assurer une pollinisation naturelle et efficace de la flore locale, assez développée sur l’exploitation.

En effet, la propriété comprend une grande surface en herbe (environ 80 ha), relativement préservée du fait d’un mode de gestion fondé sur la rotation et une charge équine équilibrée. Riches en insectes, les parcs de pâturage servent de terrain de chasse à plusieurs couples de Chouettes chevêche ainsi qu’au Pipit farlouse, entre autres. La première, considérée comme quasi menacée régionalement, se reproduit à la faveur de nichoirs artificiels implantés en divers endroits judicieusement choisis (arbres isolés, cabanes à chevaux…). Le second, considéré comme vulnérable régionalement, trouve ici un refuge relativement adéquat dans un contexte de destruction et d’intensification des milieux herbacés franciliens.

Une démarche zéro-phytosanitaire

En tant qu’exploitation écologiquement responsable, tous les travaux agricoles se font selon des principes biologiques. Aucun pesticide n’est utilisé et les champs reçoivent de l’engrais naturel sous forme de fumier (récolté entièrement sur l’exploitation). Les chevaux broutent donc des herbes vierges de tout produit chimique. Cette caractéristique renforcée par la fonction de filtre naturel des eaux de ruissellement assurée par les haies contribue à la bonne qualité des eaux. Du reste, la présence de libellules dans les mares atteste de leur bonne qualité.

Témoignage

M. Éric Sanceau, directeur de l’élevage de la Ferme de la Petite Hogue

Pouvez-vous nous parler de votre action en faveur de la biodiversité ?

« Je suis très attaché à cet aspect et j’ai donc pris un certain nombre de mesures. Par exemple, j’ai créé des parcelles de regénération, c’est-à-dire que j’ai pris volontairement des petits bouts de mes champs que j’ai replanté avec des essences pour permettre à une autre faune de s’y redévelopper. Il s’agit que les animaux retrouvent un abri. A terme elles deviendront des bois. Tout ça est fait en collaboration avec le Parc Naturel de Chevreuse. Je collabore également avec l’abeille noire, une association qui vise à réintroduire cette espèce endémique. Ils ont installé près de 100 ruches partout sur l’exploitation. J’ai aussi fait planter des kilomètres de haies qui favorisent la biodiversité par la protection qu’elles apportent à nombre d’espèces d’oiseaux, notamment. D’ailleurs, nous prenons bien garde de les tailler tardivement pour préserver au maximum les nichées. »

Vous avez également un projet de méthanisation ?

Tout à fait. J’ai le projet de récupérer le méthane dégagé par le fumier et qui, pour le moment, part dans l’atmosphère sans utilité. Ce type d’initiative est très courante en Allemagne où la méthanisation du fumier permet d’éviter le rejet d’un gaz à effet de serre plus dangereux que le CO2 et d’assurer une certaine autonomie à partir de cette énergie renouvelable. Ce projet est pour l’instant en attente d’autorisation.

Une telle démarche est elle facile à mettre en œuvre ?

Une gestion écologique ne va pas sans contrainte. L’entretien de kilomètres de haies, la constitution de parcelles de régénération, la cohabitation avec les hirondelles, etc. demandent des efforts supplémentaires pour l’exploitant. La ferme de la petite Hogue démontre néanmoins que ce travail est possible et que la récompense en matière de qualité environnementale vaut largement le coup.

Informations clés

Bilan économique

Les coûts d’investissement et de fonctionnement sont directement intégrés à l’exploitation globale du site (les ruches appartiennent à l’association « abeilles noires » et sont mises en dépôt sur le terrain de la ferme).

Bilan environnemental

  • Gestion exemplaire des eaux de ruissellement
  • Préservation et extension des zones boisées
  • Préservation de la biodiversité (mise en place de haies, nichoirs pour les oiseaux, protection des nids d’hirondelles, mise en place de ruches (une centaine))
  • Démarche zéro phytosanitaire, utilisation d’engrais naturel

Prix et distinctions

  • Lauréat des éco-trophées 2010-2011 du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse (catégorie « Agriculteurs »).

 

Rédacteur de la fiche projet :
Cyril MASCART
Chef de projet Eco Département
01 39 07 75 58 / cmascart@yvelines.fr

Adresse du projet

La Petite Hogue
78610 Auffargis

Maître d'ouvrage

Eric Sanceau, Directeur de la ferme

Autres partenaires du projet

Partenaire technique

Association CANIF (Conservatoire d’Abeilles Noires d’Île-de-France) pour la mise en place des ruches et leur gestion

Calendrier de réalisation

  • Mise place progressive depuis 1990 (date du début d’exploitation)

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.
Pour tout autre besoin, situation individuelle, et si vous souhaitez être recontacté, utilisez le formulaire de contact du site.