Base de données des projets
Thématiques(s) : ,

Châteaufort-en-Yvelines : Restauration de la prairie humide départementale des « prés Bicheret », mise en place de pâturage extensif

Contexte

 

Highland cattle

Située au cœur de la vallée de la Mérantaise, sur la commune de Châteaufort-en-Yvelines, la prairie humide des prés Bicheret présente un fort intérêt du point de vue écologique et paysager. Un premier inventaire réalisé en 2005 a permis de révéler  la présence de plusieurs espèces animales et végétales à forte valeur patrimoniale, confirmant ainsi la richesse de ce type de zone humide. Or, que ce soit à l’échelle départementale ou nationale, les zones humides voient leur nombre se réduire depuis plusieurs décennies, souvent victimes d’abandons, de pollutions ou de gestions inappropriées.

Les prés Bicheret n’avaient pas bénéficié de gestion particulière depuis plusieurs années. En condition de déprise agricole et sans gestion particulière, des essences forestières ont effectué une reconquête particulièrement dynamique de cette prairie humide, diminuant, par la même occasion, la diversité floristique et faunistique du milieu. En outre, par le passé, un pâturage intensif d’ovins contribuant à l’enrichissement des sols a participé à cette perte de biodiversité.

Le Conseil général des Yvelines, dans le cadre de sa politique des Espaces Naturels Sensibles (ENS), s’est porté acquéreur du site. Suite aux travaux de restauration engagés en 2009, un pâturage extensif de bovins écossais a été mis en place dans le cadre d’une convention avec le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Cette technique de gestion des espaces naturels s’inspire du pâturage tel qu’il était pratiqué par les éleveurs de bétail avant l’intensification de l’agriculture.

 

Présentation du projet

 

Les travaux préalables à l’installation du cheptel

La mise en place d’un pâturage extensif sur les prés Bicheret a nécessité plusieurs phases de préparation.

Le périmètre de la zone pâturée a été défini : sa surface s’étend sur 2,3 hectares. Dans un premier temps, le vieux bâti a été évacué, la présence d’anciens cabanons et d’une vieille bergerie étant incompatibles avec la nouvelle gestion du site.

Par la suite, le milieu naturel a été restauré dans l’objectif de voir son potentiel s’exprimer à nouveau. La dynamique naturelle de la zone humide ayant permis aux espèces ligneuses de s’implanter, des arbres et arbustes ont été abattus sur certaines zones afin de rouvrir le milieu. Dans le même but, un débroussaillement a été effectué. Les haies arbustives ont été maintenues, voire renforcées : elles présentent en effet un grand intérêt du point de vue écologique au-delà de leur rôle séparateur.

Suite à cette restauration, des travaux d’aménagements ont portés sur l’équipement nécessaire à la mise en place du pâturage. Ainsi, pour le contrôle de la circulation des animaux, des portes de prairie, des clôtures et une passerelle surplombant un ru ont été installées. Une mare a été creusée pour permettre au cheptel de s’abreuver, en outre, elle permet à la faune et à la flore aquatique de se développer.

 

La constitution du cheptel

Le cheptel est constitué de 3 bovins de race écossaise Highland Cattle. Cette race rustique est adaptée au pâturage des zones humides. Le nombre d’individus constituant le cheptel a fait l’objet d’une réflexion qui devait répondre au double-objectif de maintenir le milieu ouvert  et de veiller à ce que le site ne soit pas surpiétiné. En outre, les déjections d’un cheptel trop important risqueraient d’enrichir le sol et la diversité biologique des prairies humides pourrait alors en être affectée. En effet, un sol riche favorise le développement d’espèces communes telles que les orties, au détriment des espèces inféodées à ces zones humides. Le chargement au pâturage, exprimé en UGB/ha (Unité Gros Bétail par hectare) permet d’évaluer de façon théorique la quantité idéale de bovins destinés au pâturage, ce chargement ne doit pas dépasser 1,4 UGB/Ha pour un pâturage extensif. Cependant, seule une observation fine du comportement du bétail permet d’ajuster au mieux la pression de pâturage au fil des années.

 

Le cheptel

La surveillance et l’entretien

La convention passée entre le Conseil général des Yvelines et le Parc Naturel Régional de La Haute Vallée de Chevreuse a permis de déterminer la répartition des responsabilités et des tâches.

Le PNR assure la surveillance du troupeau. Il effectue également les rotations sur les différentes parcelles du site selon un calendrier afin d’éviter le surpâturage. Lors des périodes difficiles (hiver, sécheresse), il procède à l’affouragement pour suppléer au manque de ressource. Enfin, les contrôles sanitaires et vétérinaires en vigueur sont pris en charge par le Parc Naturel

Le Conseil général assure quant à lui le contrôle et la gestion de la végétation le long des clôtures, l’entretien des équipements et un suivi de la biodiversité afin d’évaluer l’impact de la gestion par le pâturage extensif.

 

Vue de la prairie

Un projet en faveur de l’insertion

Les travaux de restauration ont été sous-traités en partie à la société d’insertion Inserpro. Le chantier a généré un total de 900 heures de travail dont l’insertion représente 43 %, soit 384 heures ou encore quatre fois plus que ce qui avait été demandé (10 % d’heures d’insertion).

 

Un projet innovant

 

Bien qu’il soit de plus en plus pratiqué, le pâturage extensif en milieu naturel est encore peu répandu dans le département des Yvelines. Par le passé, cette technique d’élevage était courante, mais elle a été peu à peu abandonnée ou remplacée par l’élevage intensif au cours des dernières décennies. La récente prise de conscience écologique et le faible coût d’entretien induit par le pâturage extensif encourage désormais les gestionnaires à recourir à cette méthode. L’innovation tient donc plus de la remise au goût du jour de cette pratique ancestrale que de la mise en place d’un nouveau type de gestion.

 

Témoignage

Témoignage d’Éliane BELISSONT, Chef du service Patrimoine Naturel au Conseil général des Yvelines

 

Quelles sont les conditions de reproductibilité d’une telle démarche ?

« Le pâturage extensif est particulièrement adapté à la gestion écologique des milieux ouverts tels que les prairies humides, les pelouses et prairies sèches ou encore les friches et les landes. Bien qu’ayant subit une forte régression, ces milieux sont encore bien représentés dans les Yvelines. Le Conseil général est en effet propriétaire de quelques sites où ces habitats sont encore présents (les prairies et friches du Bois d’Houlbran, les pelouses calcicoles du bois de Champfailly, etc.). Ils constituent autant de sites potentiellement concernés par l’application de cet outil de gestion. Cependant, la gestion d’un cheptel ne se fait sans difficulté, il faut notamment  trouver des éleveurs, surveiller et apporter les soins nécessaires au bétail et faire pâturer des surfaces minimum significatives. Les travaux préalables ont également demandés de gros efforts qui ont été réalisés en grande partie par l’entreprise d’insertion Insepro. Le Conseil général a en effet commandé 1 300 heures d’insertion pour les travaux d’entretien des espaces naturels comme ceux des prés Bicheret. »

 

Bilan environnemental et paysager du projet


  • La zone humide auparavant menacée est aujourd’hui réhabilitée ;
  • Le milieu est maintenu ouvert, la dynamique de la végétation est contrôlée ;
  • Une mosaïque de milieux favorable à la biodiversité est réapparue ;
  • La mise en place d’une gestion par le pâturage extensif a favorisé les espèces patrimoniales et limité l’impact lié à une gestion par des engins mécaniques ;
  • La restauration de points de vue et la création d’un chemin piétonnier a favorisé l’accueil du public et la sensibilisation de celui-ci aux enjeux environnementaux.

 

Bilan économique


Investissement

Coût des travaux : 55 874 €

  • dont réouverture des zones boisées : 17 160 €
  • dont nettoyage global du site avec évacuation de dépôts sauvages et de vieux mobiliers : 4 200 €
  • dont aménagement pour le pâturage extensif de bovins écossais : 26 122 €

L’insertion représente 43 % des heures du marché pour un total de 8 932 €

 

Coûts de fonctionnement

Les frais de gestion du site sont essentiellement liés à l’entretien courant, les réparations, le remplacement de matériel. À titre d’exemple, ces frais se sont élevés à :

  • 4 400 € en 2010
  • 5 200 € en 2011

Bilan économique : La gestion du milieu par pâturage extensif a permis des économies significatives, notamment en limitant les coûts de gestion liés à un entretien mécanique.

Maître d'ouvrage

Conseil général des Yvelines

Autres partenaires du projet

Partenaires techniques

Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

 

Prestataires

Entreprise Environnement et Forêt

Entreprise d’insertion Inserpro (Élancourt)

Calendrier de réalisation

  • 2003 : Acquisition du site par le Département dans le cadre  de sa politique des Espaces Naturels Sensibles.
  • 2005 : Diagnostic écologique et propositions d’aménagement par le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse.
  • Février 2009 : Démantèlement d’une ancienne bergerie, enlèvement des  clôtures en fil de ronces et travaux de débroussaillage par l’entreprise Inserpro.
  • Mars-avril 2009 : Travaux d’abattage, pose de  mobiliers (clôtures et passerelle), création d’un sentier le long de la prairie, terrassement d’une mare–abreuvoir par l’entreprise Environnement et Forêt.
  • Juin 2009 : Signature d’une convention entre le Conseil général des Yvelines et le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse suivi de la  mise en place du pâturage extensif.

Informations complémentaires

Conseil général des Yvelines

Direction de l’environnement – Service Patrimoine Naturel

2 place André Mignot

78012 Versailles

Tél. 01 39 07 78 78

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.
Pour tout autre besoin, situation individuelle, et si vous souhaitez être recontacté, utilisez le formulaire de contact du site.