Base de données des projets
Thématiques(s) :

Fourqueux, commune « refuge d’excellence » pour la protection des oiseaux

L’importante trame végétale de la ville de Fourqueux, avec ses arbres et ses arbustes, ses prairies et pelouses offrent de nombreux refuges pour la faune, en particulier les oiseaux.

Contexte

L’érosion de la biodiversité s’accélère. Sur environ 1,8 million d’espèces animales et végétales recensées sur Terre, la communauté scientifique estime que la moitié pourrait disparaître d’ici un siècle, compte tenu d’un taux d’extinction 100 à 1 000 fois supérieur au rythme naturel. Parmi les principales causes identifiées : l’urbanisation et les pollutions.

La commune de Fourqueux, dont le territoire est principalement occupé par des maisons entourées de jardins, est engagée de longue date dans l’embellissement du cadre de vie (ville fleurie 2 Fleurs) et a signé la charte régionale de la biodiversité en mars 2009.

En s’inspirant des démarches engagées par certains foyers, la commune s’est associée à l’action de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) qui développe, depuis sa création, en 1912, des « Refuges » pour les oiseaux et la biodiversité.

Les refuges LPO constituent aujourd’hui le premier réseau de jardins écologiques en France. Largement constitué de propriétaires individuels, il associe également des personnes morales comme la commune de Fourqueux, qui ont soumis tout ou partie de leur propriété aux préconisations de gestion de la LPO pour favoriser la biodiversité.

Dans la continuité de cette signature, la LPO a réalisé en novembre 2009 un diagnostic écologique sur le territoire communal qui a mis en évidence un capital faunistique remarquable.

Présentation du projet

La commune de Fourqueux a signé le 25 mai 2009 une charte avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) qui classe tout le territoire de la commune en refuge LPO pour la biodiversité. Concrètement, un refuge LPO est un terrain public ou privé de toute taille et de toute nature, sur lequel le propriétaire ou le gestionnaire s’engage à :

– Protéger les oiseaux et la nature en assurant la tranquillité des lieux, en particulier pendant les périodes sensibles : nidification et grands froids ;

– Protéger au mieux la faune et la flore, dans le respect de la réglementation en vigueur

– Offrir des milieux de vie favorables à la faune et à la flore

Dans tous les cas, la création d’un Refuge LPO nécessite le respect de la charte signée. Dans ce cadre, la commune s’engage à préserver son cadre végétal exceptionnel, tout en participant à la sauvegarde de la biodiversité au niveau national. Pour cela, des actions concrètes sont menées pour aider au maintien et au développement de la nature (faune, flore, paysage) :

– mise en œuvre d’une gestion différenciée des espaces verts.

-attention particulière apportée à la taille des haies car une taille trop courte, au mauvais moment, revient à exposer les oiseaux et leurs œufs ou oisillons aux intempéries ou aux attaques par les prédateurs.

– les haies ou parties de haies comportant des fleurs (pour les papillons, abeilles et autres insectes pollinisateurs) ou des baies qui servent de nourriture ne sont plus coupées aussi souvent.

– Les pelouses, par les fleurs et insectes qu’elles hébergent, nourrissent des oiseaux. Des tontes trop fréquentes empêchent la présence des insectes et le développement complet de fleurs (pollen, graines). Par conséquent, les signataires de la charte sont sensibilisés au fait qu’un intervalle minimum de 3 à 4 semaines est nécessaire et l’idéal est de ne tondre qu’une ou deux fois dans l’année. Cela économise aussi de l’énergie et épargne des nuisances sonores.

Cette démarche a permis de voir augmenter le nombre d’oiseaux et, accessoirement, d’autres animaux comme les hérissons, papillons, chauves souris, lézards, écureuils, renards ou encore des taupes, fouines, musaraignes et couleuvres.

Projet participatif, la charte enjoint les différents acteurs de se joindre volontairement à cette démarche en faisant d’un jardin, ou simplement d’un balcon, un refuge pour la biodiversité qui viendra s’ajouter à celui du territoire communal. Les écoles, le CLSH (Centre de Loisirs Sans Hébergement), l’ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) (ex CAT, Centre d’Aide par le Travail) sont invités à participer, par exemple en construisant des nichoirs. Par ailleurs, la commune a installé 4 panneaux explicatifs à l’entrée de la ville.

Un projet innovant

Le classement « Refuge LPO » de l’ensemble d’un territoire communal constitue une première à l’échelle française.

Conditions de reproductibilité

Le projet est facilement reproductible par les communes des Yvelines, sur tout ou partie de leur territoire, si elles ont la volonté d’engager une gestion de l’espace favorable à la biodiversité et si elles acceptent les orientations déclinées par la Charte LPO.

Témoignage

(Interview présentée dans le journal communal « A Propos de … » en date de juillet 2009, page 5)

ALLAIN BOUGRAIN-DUBOURG, Président de la Ligue de Protection des Oiseaux.

« AP : En quoi Fourqueux peut-elle être un exemple ?

ABD : Vous vivez dans un cadre exceptionnel, mais cela ne veut pas dire que la protection de la nature soit automatique. Ce qui a été intéressant dans votre démarche, c’est sa globalité. Bien sûr, certaines familles sont déjà refuges LPO, mais aujourd’hui, l’ensemble des acteurs est partie prenante : les élus, les services municipaux, les enseignants et le monde scolaire, les animateurs du centre de loisirs… Quand j’apprends que les enfants vont fabriquer des nichoirs, nous allons dans le bon sens ! À Fourqueux de devenir un exemple pour les communes environnantes. (À noter que la commune organisera à l’automne une semaine LPO).

AP : Que représente cette charte LPO ?

ABD : La signature est un engagement qui va générer des actes concrets, la suppression des pesticides et des insecticides par exemple ; une évolution des comportements vis-à-vis de la biodiversité en ne taillant pas les arbres au printemps, autre exemple. Il faut que toute la population s’empare de cette richesse. »

Bilan environnemental

– Augmentation de la fréquentation des oiseaux dans les jardins.

– Préservation de la biodiversité.

– Retour de certaines espèces (Pic-vert, etc.).

Bilan économique

Adhésion à payer à la LPO : 75 € (pour les 3 ans de la convention).

Certification / distinction

Première ville de France à avoir entièrement classé son territoire en « refuge excellence » de la  LPO.

Adresse du projet

Site internet de la Ligue de Protection des Oiseaux : http://www.lpo.fr/

Maître d'ouvrage

Commune de Fourqueux

Autres partenaires du projet

Partenaire technique : la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Calendrier de réalisation

25 mai 2009 : signature de la charte LPO

Novembre 2009 : diagnostic écologique réalisé par la LPO

Avril 2010 : des nichoirs ont été construits avec les centres de loisirs

Informations complémentaires

Rédacteur de la fiche projet :
Cyril MASCART
Chef de projet Eco Département
01 39 07 75 58 / cmascart@yvelines.fr

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.
Pour tout autre besoin, situation individuelle, et si vous souhaitez être recontacté, utilisez le formulaire de contact du site.