Base de données des projets
Thématiques(s) :

Le Tremblay-sur-Mauldre : expérimentation pilote “Built in my backyard” (BIMBY)

Contexte

Le projet de recherche BIMBY (Build In My Back Yard) vise à la définition, à court terme, d’une nouvelle filière de production de la ville, complémentaires aux outils « classiques » de l’urbanisme opérationnel (ZAC, lotissements, etc.), au sein des tissus pavillonnaires existants, qui représentent la grande majorité des surfaces urbanisées en France et donc un enjeu de renouvellement urbain majeur pour les décennies à venir.

La filière BIMBY est à la fois complémentaire et différente des modes actuels de production de la ville. A la différence des filières actuelles, elle n’opère jamais en extension urbaine, ou en comblement de friches ou en démolition/reconstruction. Elle constitue ainsi une solution efficace de lutte contre l’étalement urbain et, permet dans le même temps, de limiter les coûts du développement induits pour la collectivité.

La philosophie du projet BIMBY (qui peut se traduire de l’anglais par « construire au fond de mon terrain ») repose sur la mobilisation du potentiel foncier disponible dans les quartiers pavillonnaires, pour créer de nouvelles parcelles à bâtir au sein du tissu urbain.

Le programme de recherche « Built in my back yard » est coordonné par deux Centre d’Études Techniques de l’Équipement (Ile de France et Normandie-Centre) et regroupe des partenaires issus du monde de la recherche, des écoles d’architectures et des collectivités territoriales.

Présentation de la démarche

Le Tremblay-sur-Mauldre, un village pilote

Dans le cadre de l’élaboration de son PLU, Le Tremblay-sur- Mauldre a été choisi pour participer à une expérimentation relative à la densification des tissus pavillonnaires dans le cadre du projet de recherche BIMBY.

Au Tremblay, comme ailleurs, de nombreux espaces sont laissés libres entre les maisons (lotissements ou terrains isolés). Certains propriétaires peuvent être amenés à réfléchir à l’évolution de leur patrimoine, soit pour se constituer un petit capital en revendant une partie de leur terrain ou parce que son entretien coûte trop cher. D’autres, jugeant leur maison trop grande et inadaptée lorsqu’ils vieillissent, souhaitent utiliser une partie de leur terrain pour construire une extension ou une habitation plus adaptée et revendre leur maison ou en faire profiter leurs enfants.

Les habitants sont invités à rencontrer des architectes dans le cadre d’entretiens individualisés portant sur leur situation familiale, sur l’usage qu’ils avaient de leur maison et de leur terrain, sur leurs éventuels projets. Au cours des entretiens, les architectes montraient les possibilités de construction et les possibilités d’agencement sur la parcelle sans tenir compte de contraintes réglementaires du Plan d’Occupation des Sols. Cette démarche, très appréciée par les habitants, leur a montré les possibilités que leur offrait la division de leur terrain. Ces rencontres permettront, dans le cadre de l’élaboration du PLU, d’établir les premières orientations à débattre lors des réunions de concertation prévues courant 2011.

Un projet innovant

Une démarche empirique qui favorise les synergies entre projets privés et intérêt de la collectivité.

Le projet BIMBY est innovant car il confère un rôle fort à l’habitant, maître d’ouvrage de la production de l’habitat, tout en permettant à la collectivité de trouver de puissants leviers de lutte contre l’étalement urbain et de répondre aux besoins en logements. Le projet BIMBY montre qu’il est possible de construire, sur des parcelles produites à l’unité et dans les quartiers pavillonnaires existants, des maisons individuelles répondant aux besoins des habitants, sans aucun étalement urbain et avec très peu d’investissement financier des communes.

Cette démarche est fondée sur la mise en synergie des projets des habitants et de ceux de la collectivité. Elle fait appel aux petites et moyennes entreprises locales du bâtiment, compétitives en terme de coût de construction et créatrices d’emplois.

Le projet BIMBY montre qu’il est possible de construire, sur ces parcelles produites à l’unité et dans les tissus urbains existants, des maisons individuelles sans aucun étalement urbain et sans maîtrise foncière de la commune.

Témoignage

Joseph Le Foll, Maire du Tremblay-sur-Mauldre (Les Echos, Octobre 2011)

Nous devions refaire notre plan local d’urbanisme ; cette initiative est une manière de faire participer les habitants à l’édiction des règles. Il arrive que des parcelles soient divisées de manière spontanée. Dès lors que les demandes de permis de construire respectent le plan local d’urbanisme, je ne peux qu’accorder les autorisations, mais ce n’est pas de l’aménagement. Ces consultations ont eu un succès fou, les gens attendent l’étape suivante.

Informations clés

Bilan environnemental

  • Préservation des espaces naturels et agricoles
  • Limitation des déplacements
  • Qualité du cadre de vie : prolongement et renforcement des formes urbaines de la commune : maisons de ville, maisons de bourgs, cours, etc.

Bilan économique

Budget de l’expérimentation du Tremblay Sur Mauldre, réception d’un quart des habitants de la commune du Tremblay-sur-Mauldre propriétaires d’une maison pour discuter des évolutions possibles de leur propre parcelle, dans le cadre de l’élaboration d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) intégrant la démarche BIMBY : surcoût de 30 000 € (estimation) par rapport au budget du PLU.

Premiers résultats

Une première expérimentation de la démarche BIMBY à Tremblay a confirmé l’existence d’un potentiel de construction de nouveaux logements au sein des quartiers pavillonnaires de la commune. Ce gisement a été identifié à partir d’entretiens individualisés réalisés auprès d’habitants volontaires, portant sur leur situation familiale, la pratique de leur lieu de résidence et leurs projets. Aujourd’hui, la commune, dans l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, s’appuie sur cette expérience pour définir de nouvelles règles d’urbanisme qui autoriseront et encadreront les divisions foncières qui permettent la réalisation d’une partie des projets formulés par les habitants. Cette démarche devrait favoriser la construction de nouveaux logements et l’accueil de populations sur la commune sans générer d’étalement urbain, et permettre l’émergence d’une offre de logements abordables sur la commune.

Certifications et distinctions

Le projet de recherche BIMBY a été sélectionné par l’Agence Nationale de la Recherche et labellisé par le pôle de compétitivité Advancity

Maître d'ouvrage

Le Centres d’Études Techniques de l’Équipement (CETE) Ile de France et Normandie-Centre, dans le prolongement de leur contribution au projet de recherche BIMBY, sélectionné en 2009 dans le cadre de l’appel à projet « Villes durables » de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Autres partenaires du projet

Partenaires de l’expérimentation du Tremblay sur Mauldre :

La DDT 78 a financé une étude sur le Tremblay-sur-Mauldre réalisée par le CETE Ile de France à hauteur de 30 000 €HT afin de monter et d’encadrer l’expérimentation, et d’en déterminer les résultats généralisables dans d’autres communes.
Cette expérience a également pu bénéficier des moyens du projet ANR ayant permis l’embauche par le CETE NC de 4 architectes pour réaliser les entretiens avec les habitants (coût 16 000 €HT) : Clément Lannoy, Vincent Gabriel, Amandine Hernandez et Stéphanie Marques Alves.

Partenaires du projet ANR Bimby :

Le projet BIMBY regroupe :

–  des laboratoires de recherche (LATTS et RIVES),
–  des bureaux d’étude du Réseau Scientifique et Technique du Ministère de l’Ecologie (les CETE Normandie-Centre et Ile-de-France),
–  trois écoles d’architecture (Normandie, Paris Belleville et Marseille)
–  le CAUE de l’Eure,
–  des collectivités territoriales (Communautés d’agglomération de Rouen et de Saint-Quentin-en-Yvelines).
–  des prestataires externes qui complètent en appui les 10 partenaires initiaux.

Partenaires de la démarche Bimby :

D’autres partenaires sur le territoire français ont entrepris de tester et de financer des expérimentations de la démarche Bimby. Dans les Yvelines : la DDT78, le Parc Naturel Régional (PNR) de la Haute Vallée de Chevreuse, le Tremblay-sur-Mauldre, les Essarts-le-Roi. Le Conseil général définit aujourd’hui les modalités de son soutien à ce projet innovant.

Calendrier de réalisation

  • 2009 : démarrage du programme de recherche ANR Bimby
  • 2010 : premières expérimentations dont une sur la commune du Tremblay-sur-Mauldre
  • 2011 : poursuite des expérimentations notamment dans des communes du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse, formalisation d’outils pour l’élaboration des documents d’urbanisme.

 

Informations complémentaires

Financement : le projet, d’un coût total de 3,1 millions d’euros, bénéficie d’un financement de 800 000 euros de l’Agence Nationale de la Recherche.

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.
Pour tout autre besoin, situation individuelle, et si vous souhaitez être recontacté, utilisez le formulaire de contact du site.