Le Château de la Madeleine

Le château de La Madeleine est une forteresse médiévale située à Chevreuse, dans le sud du département des Yvelines. Son donjon et ses remparts en font un édifice exceptionnel qui surplombe la vallée de l’Yvette de sa stature majestueuse. Archéologie, histoire et environnement s’y conjuguent en un site unique. Il est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1948 et la propriété du Conseil départemental depuis 1981.

Des fouilles archéologiques y encore mis au jour d’importants vestiges en 2010 .

État et origines

Château de la madeleine

Le château de la Madeleine

Ce château-fort présente aujourd’hui un donjon rectangulaire au sein d’une haute-cour ovale entourée de remparts munis de tours. Porte et basse-cour fortifiées, douves et grange dîmière complètent l’architecture militaire du site, telle qu’on se l’imagine le plus souvent pour un château-fort.
Les vestiges visibles les plus anciens ont été réalisés par Guy II de Chevreuse à la fin du 12e siècle. La forteresse consiste alors en un grand donjon, encore plus imposant que l’actuel, entouré d’une enceinte de terre et d’une palissade en bois. Le château a ensuite été modifié pour renforcer ses défenses à de nombreuses reprises jusqu’au 15e siècle.
Depuis 1989, la haute-cour accueille le siège du Parc Naturel Régional de la Haute-Vallée de Chevreuse.

Une Histoire riche et mouvementée

De l’aube de l’an Mil au 21e siècle, le château de La Madeleine a marqué plus de 10 siècles d’histoire.
Les traces d’une occupation et le nom même de Chevreuse apparaissent dès 980. Milon 1er, en 1024 et Guy 1er vers 1075, sont les premières mentions de seigneurs à Chevreuse. Dans la seconde moitié du 12e siècle, le donjon est érigé. Il s’intègre alors, avec un auditoire (aula), d’une enceinte composée de terre et d’une palissade en bois.

Le château-fort traverse alors un Moyen Âge tourmenté. En 1306, Philippe le Bel et l’Impératrice de Constantinople y séjournent. Peut-être y ont-ils scellé quelque pacte secret entre l’Empire romain d’Orient et le Royaume de France ? En 1366, la châtellenie est vendue à un certain Pierre qui deviendra Pierre de Chevreuse. Il sera l’auteur des plus grandes transformations du château (agrandissement des tours nord dotées de mâchicoulis, de l’enceinte sud…). En 1414, Jean-sans-Peur, allié du roi d’Angleterre, y livre bataille et laisse le bourg médiéval de Chevreuse en ruines. Le château retourne pourtant dans le domaine Royal en 1438.

D’autres travaux sont engagés au cours du 15e siècle, notamment le renfort de l’enceinte sud avec ses mâchicoulis sur arc et ses tours carrées, et le réaménagement du châtelet d’entrée. Une nouvelle poterne s’ouvre au sud vers le bourg (aujourd’hui sur le chemin Jean Racine).
Au 16e siècle, les guerres de Religions font rage : en 1590, le château, occupé par des partisans du duc de Guise, est déclaré félon, résiste puis tombe face aux troupes du roi Henri III. En 1661 et 1662, Jean Racine, alors en formation de contremaître à Port-Royal des Champs, supervise des travaux de restauration du château pour le duc de Luynes, nouveau propriétaire, et y séjourne.

À partir de 1693, le site appartient à la congrégation des Dames de Saint-Cyr qui le transforment : le donjon, notamment, est converti en silo à grains et grange. En 1734, le château ressemble plus à une ferme fortifiée et va même jusqu’à servir de carrières de pierres pour des constructions alentours ! En 1793, il est vendu comme bien national et conserve sa fonction agricole. La famille de Luynes le rachète en 1853, soit près de 200 ans après ses ancêtres. Elle y entreprend des recherches historiques mais, face à l’importance de la tâche, renonce à le restaurer.

Le château est inscrit à l’Inventaire des Monuments Historiques en 1940, inscription confirmée en 1948, En 1978, il est acheté par un particulier.
En 1981, la haute-cour (donjon et enceinte) est en ruine lorsque le Conseil départemental s’en porte acquéreur. D’importants travaux d’urgence et de restauration sont réalisés, à partir de 1985, pour redonner à ce monument remarquable son intégrité et sa cohérence historique. Construite en 1989, à l’intérieur de la haute-cour, la Maison du Parc naturel régional de la Haute-vallée de Chevreuse s’y intègre en toute discrétion.

Le château de la Madeleine
Chemin Jean Racine 78460 Chevreuse
Tel.:01 30 52 09 09 - accueil.pnr.chevreuse@wanadoo.fr
Fiche contact détaillée

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.