Eco-quartiers

« L’Eco-quartier, levier vers l’éco-cité »

Eco-cité - Eco-quartier - Maison LevanneurLe but est un mieux vivre dans des lieux de qualité, accessible à tous.

Pour quoi faire ?

Promouvoir une nouvelle façon de concevoir le développement en conciliant urbanisation et qualité de vie. L’objectif est, par le mode de fabrication et de gestion de la ville, d’apporter des solutions concrètes aux enjeux posés par l’étalement urbain, l’épuisement des ressources naturelles, l’appauvrissement de la biodiversité, le réchauffement climatique, les inégalités sociales et économiques.

Pour qui ?

Pout tous, dès lors qu’existe la volonté de prendre part à la construction d’une ville plus durable, où l’on trouve des logements  pour tous, une empreinte écologique faible, une offre de déplacements propres,  un accès facile à une offre de services et d’équipements adaptée dans un cadre visant la valorisation du patrimoine naturel et bâti

Où ?

Partout : en milieu urbain ou rural, de grande taille ou modeste, en secteur ancien ou neuf.

Comment ?

Il s’agit d’une nouvelle façon de concevoir la ville, innovante, participative avec pour exigence la performance sociale, économique et environnementale.

Le processus :

  • associer les usagers (habitants, travailleurs, enfants, …) dès la conception et les rendre acteurs de la réalisation ;
  • promouvoir  la concertation pour obtenir un choix partagé de l’aménagement ;
  • identifier les outils opérationnels et techniques mobilisables le plus en amont possible de la démarche ;

Des usages multiples dans un cadre de vie de qualité :

  • Privilégier une forme urbaine compacte, dense ;
  • S’inscrire dans le contexte géographique, urbain, environnemental et patrimonial ;
  • Promouvoir des modes de vie solidaires et responsables.

Une conception globale du projet d’aménagement :

  • Favoriser la mixité fonctionnelle entre logements, activités, équipements et espaces publics, à l’échelle du quartier voire des bâtiments ;
  • Réduire la dépendance à l’automobile et apporter une offre de transport alternatif ;
  • Valoriser les relations physiques et fonctionnelles entre l’urbain et les espaces naturels et agricoles ;
  • Concevoir des espaces publics pour aider le « vivre ensemble » et la mixité sociale ;

Une excellence environnementale :

  • Développer une gestion responsable des ressources : eaux, énergie, déchets ;
  • Diversifier les ressources énergétiques et s’appuyer sur les ressources locales ;
  • Préserver la biodiversité, restaurer et valoriser la nature en ville.

Des exemples d’éco-quartiers en construction dans les Yvelines

Nouvelle centralité à Carrières-sous-Poissy :

Cette opération d’envergure, à vocation mixte (800 logements à l’horizon 2013, 2 800 à l’horizon 2020, 38 000 m² d’activités, 27 000 m² de commerces, 19 000 m² d’équipements publics), vise la création d’une nouvelle centralité urbaine d’intérêt intercommunal. L’opération prend place sur une vaste friche et permettra à travers un travail minutieux de « recouture urbaine » d’unifier la ville de Carrières sous Poissy et d’offrir à l’échelle de la boucle de Chanteloup une centralité rayonnante, accessible et plus lisible au sein d’un environnement et d’un paysage fluvial valorisé  Créer un lieu de vie dans la boucle de la Seine (contact EPAMSA, ville de Carrières sous Poissy, CA2RS)

L’écoquartier fluvial de Mantes – Rosny :

Sur environ 120 ha actuellement en friche et difficilement accessible, ce futur quartier urbain, animé, accessible à tous, ouvert sur la Seine, constituera dans un enchainement réfléchi d’espaces bâti et d’espace de nature une véritable agrafe entre le Val Fourré et Rosny-sur-Seine. Autour d’espaces publics qualitatifs (parcs, jardins partagés, espaces de nature, port de plaisance, se développera une offre de logements diversifiés, des équipements publics, sportifs et de loisirs, des commerces et des services.

L’écoquartier du site de l’hôpital au Vésinet :

Dans le prolongement de la ville parc du Vésinet, et dans le respect des équilibres entre bâti et naturel, les terrains de l’hôpital accueilleront un nouveau quartier à dominante résidentielle (400 logements diversifiés) avec des commerces, des services de proximité et des activités tertiaires, ainsi qu’un arboretum.

La construction de bâtiments passifs et basse consommation énergétique sera privilégiée.

L’écoquartier de la gare à Rambouillet :

Cet écoquartier à vocation mixte (375 logements environ et des bureaux) à proximité directe de la gare doit contribuer à l’émergence d’un véritable pôle structurant et convivial autour de la gare. Les principes directeurs d’aménagement de ce nouveau quartier sont :

  • Compacité des formes urbaines ;
  • Utilisation des énergies renouvelables et architecture bioclimatique ;
  • Gestion écologique des eaux pluviales ;
  • Création de liaisons douces sous forme de petits cheminements en prolongement de la trame viaire existante ;
  • Mixité fonctionnelle et sociale (part minimale de logements locatifs sociaux et en accession aidée, résidence sociale, logements spécifiques).

Documents de référence

Le rapport Bruntland « Notre avenir à tous » (1987) : publié par les Nations Unies, il a permis le lancement du mouvement mondial en faveur du « développement durable » c’est à dire: équité sociale, efficacité économique et qualité du cadre de vie.

La Charte d’Aalborg (1994) : signée lors de la conférence européenne sur les villes durables, cette charte affirme l’importance de la ville comme échelle d’action pertinente.

Les accords de Bristol : rencontre ministérielle sur les quartiers durables en Europe (2005) : Accords pris par les ministres européens pour définir les grands principes d’une « sustainable community », que l’on peut traduire par quartier durable, et réaffirmer l’intérêt de les expérimenter et d’échanger.

La charte d’Aalborg + 10 (juin 2004) : Charte des villes et territoires durables.

La charte de Leipzig sur la ville durable européenne (2007) : signée par les 27 ministres des Etats membres de l’Union européenne, qui se sont pour la première fois mis d’accord sur des stratégies et des principes communs en faveur du développement urbain durable.

Le cadre de référence européen pour la ville durable (2011) accepté par les ministres des Etats membres de l’Union européenne.

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.