Les 1ères Assises // Togo

1ères Assises« Une prometteuse première »

Le Département des Yvelines a organisé le mercredi 25 novembre dernier, ses premières Assises « Yvelines, partenaires du développement » au pavillon Waldeck-Rousseau de Guyancourt. Plus de 400 personnes se sont d’ores et déjà inscrites à cette manifestation dédiée à l’échange d’expériences et à la réflexion entre les associations, les collectivités locales et l’ensemble des autres acteurs qui contribuent à donner des Yvelines une image solidaire et engagée dans le monde.

Lorsqu’en 2007 le Conseil général des Yvelines adoptait à l’unanimité sa politique « Yvelines, partenaires du développement », nous étions encore loin de nous douter que la coopération décentralisée, de ville à ville ou d’association à association, soit d’un tel intérêt pour les villes et associations yvelinoises. Les premières Assises de la coopération décentralisée qui se sont tenues le 25 novembre dernier à Guyancourt nous ont permis à tous de constater à quel point cependant la « famille » de la solidarité internationale en Yvelines était grande, à quel point elle était mobilisée et à quel point elle est était généreuse. Plus de 400 personnes ont parcouru les allées du village associatif et les travées des salles de travail, et ont pu découvrir ou approfondir leur connaissance du Togo, pays invité d’honneur de ces premières Assises, au travers des expositions et animations culturelles organisées tout au long de la journée.

Un grand merci à toutes celles et ceux qui se sont impliqués dans l’organisation de cette journée pour en faire une première réussie et qui sont venus faire partager leur conviction et leur passion dans les sessions et ateliers de travail. Grâce à cette rencontre, de nouvelles opportunités de partenariat se sont nouées aussi entre associations et entre collectivités, et qui je l’espère porteront de beaux fruits. Je souhaite que cette première puisse augurer de rapports toujours plus confiants et constructifs entre vous et le Département des Yvelines, et je vous donne rendez-vous l’année prochaine pour une seconde édition qui sera à ne pas douter encore plus riche et participative où le Sénégal sera l’invité d’honneur.

Jean-Marie Tétart
Vice-Président en charge de la coopération décentralisée

Les documents à télécharger

Les ateliers

Atelier 1 : Impliquer les jeunes dans les projets de développement

L’enjeu de la solidarité internationale est celui de l’avenir, et notamment de la réduction des inégalités entre les différentes parties du monde, inégalités qui sont en partie à la source de tensions à l’intérieur des pays et avec les autres pays, de flux d’immigration subie, de paupérisation et d’exclusion des populations fragiles, de déséquilibres environnementaux… La lutte contre ces inégalités nécessitera du temps, et les populations jeunes, et notamment dans les pays du Nord, seront celles qui auront à poursuivre voire à accroître les efforts dans cette perspective. Comment sensibiliser les jeunes aux projets de solidarité internationale ? De quelle manière les jeunes s’impliquent-ils dans les projets de solidarité internationale ?
Synthèse de l’atelier par Annick Hugon, Présidente de Binkad

Atelier 2 : Concilier développement économique et solidarité

Si le mal-développement a pour conséquence de sérieux déséquilibres sociaux que tentent de pallier les infrastructures socio-économiques collectives, grâce notamment à l’aide au développement dans toutes ses formes, l’une des causes de ce mal-développement se situe dans le manque de richesses et d’emplois créés localement. Entre les grandes entreprises en grande partie issues du secteur public (bâtiments et travaux publics, télécommunications, ports…), et les activités du secteur informel, le tissu économique intermédiaire est insuffisamment développé pour accueillir dans des conditions décentes la main d’œuvre de ces pays. La réponse au mal-développement passe alors par une dynamisation de la création d’entreprises et par des partenariats avec des acteurs économiques d’autres pays. De quelle manière les acteurs économiques peuvent-ils contribuer au développement ? Comment accompagner les initiatives économiques d’acteurs installés en France ?
Synthèse de l’atelier par Michel Lecapitaine, membre élu de la Chambre de commerce et d’industrie de Versailles Val-d’Oise/Yvelines
La responsabilité sociale de l’entreprise (Lynne de Coupigny, Responsable juridique international, Barry Callebaut)
Le réseau RECOSOL
(Mouhadji Diankha, Président de la délégation Yvelines de RECOSOL)
Le Groupe d’appui à la micro-entreprise
(Marie-Laure Gibaud, Responsable du programme PMIE, Programme Solidarité Eau)
Le programme Entrepreneurs en Afrique
(Danielle Briche, Assistante programme, Campus France)

Atelier 3 : Les associations de migrants, partenaires du codéveloppement

Les populations étrangères installées en France, et notamment d’origines africaines, conservent des liens forts avec leurs pays et s’organisent pour préserver entre elles le sentiment de cette appartenance commune et mettre en commun leurs efforts pour aider au mieux leur territoire d’origine. Les associations qui en émanent sont des forces actives du développement de leur pays, au point qu’il est considéré que les flux monétaires en provenance des migrations dépassent les flux d’aide publique au développement. Dans leur pays de résidence, elles sont souvent encore peu reconnues, soit par discrétion, soit par manque d’intérêt des acteurs du développement. Quels sont les projets mis en œuvre par les associations de migrants ? Quel est le rapport de ces associations à leurs pays d’origine ? Comment les associations de migrants peuvent-elles être accompagnées dans leurs projets ?
Synthèse de l’atelier par Bassy Diarra, Président de l’Association achéroise pour la solidarité internationale
Coopération décentralisée et développement solidaire (Anne-Mayaud, Département du développement solidaire, Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire)

Atelier 4 : Le Togo, un pays d’avenir

Après plusieurs années d’isolement, le Togo fait un retour remarqué dans le rang de la communauté internationale et multiplie les réformes pour dynamiser son développement. Les institutions internationales et les partenaires de la coopération reviennent en nombre prendre part aux projets impulsés sous l’égide du gouvernement, et des mesures particulières sont prises pour faciliter les échanges avec les partenaires étrangers au bénéfice des politiques sectorielles renouvelées. L’une de ces réformes, encore en cours d’achèvement, est celle de la décentralisation. Les différents niveaux de collectivités se trouvent aujourd’hui en charge d’un nombre croissant de responsabilités, et les attentes en termes de partenariats et d’accompagnement sont importantes, notamment à l’égard des collectivités et associations françaises. Où en est le Togo aujourd’hui ? De quelle manière les acteurs yvelinois peuvent-ils s’impliquer au Togo ? Quelles sont les attentes particulières des collectivités locales togolaises ?
Synthèse de l’atelier par Joachim Hunlede, Secrétaire permanent de l’Union des communes du Togo
La coopération des Yvelines dans le domaine de la santé au Togo (Liliane Méchoulan, Institut de formation sociale des Yvelines)

L’action de Solidarité Humaine à Gbatopé (Michel Roux, Secrétaire général, Solidarité Humaine Ile-de-France)

Les vidéos

Quelles bonnes pratiques pour une coopération décentralisée de qualité ?

Les associations de migrants, une ressource pour la coopération yvelinoise

L’invité d’honneur : La République du Togo

Vos remarques nous aident à progresser !

Vous avez une remarque à faire concernant le contenu de cette page. Des suggestions pour l'améliorer, une erreur à signaler,... utilisez le formulaire ci-dessous.